Respect Animal

MEMBRES DANS LE GROUPE
MESSAGES SUR LE MUR
 s

Nous vivons dans un monde où le respect des uns et des autres est chose primordiale pour notre survie, nous devons autant nous respecter nous-même en tant qu’humain mais aussi respecter nos semblables tels que les animaux. Que ce soit notre couleur de peau, la religion que nous avons, les horizons que notre regard traverse, la différence n’est que superficiel. Nous devons autant respecter ce que nous sommes et ce que les gens sont. Mais ce respect est majoritairement utilisé entre humains, cette forme de respect nous ne l’avons avec personne d’autres, il suffit de voir ce que subit notre mère la terre chaque jours, il y a énormément de dégâts, de victimes par notre ignorance. Les animaux sont les premiers à subir ces dommages, chaque année ce sont bien des centaines de milliers d’animaux qui périssent sous le feu de nos actions stupides et immatures. Et bien que de nombreuses personnes crient pour eux leurs souffrances nous continuons à les maltraités, blessés, torturés. Les animaux n’ont pas de paroles, nous sommes leur voix, ensemble nous pouvons changer le court des choses mais pour cela il faut que notre combats sois unis dans la confiance et dans le respect. Par ce que le monde utopique n’existe pas et qu’il est temps d’ouvrir les yeux et d’entendre les voix qui nous crient à l’aide.

-

Toute copie conforme ou partielle du groupe sera considérée comme plagiat et portera une plainte au modérateur. Merci de respecter cela.

_________________________________________________________________________________________________________________________________

-

SOMMAIRE DU GROUPE

! Bientôt en ligne !

-

_________________________________________________________________________________________________________________________________

-

hg

-

La Déclaration Universelle des Droits de l'Animal a été proclamée solennellement le 15 octobre 1978 à la Maison de l'UNESCO à Paris. Elle constitue une prise de position philosophique sur les rapports qui doivent désormais s'instaurer entre l'espèce humaine et les autres espèces animales. Son texte révisé par la Ligue Internationale des Droits de l'Animal en 1989, a été rendu public en 1990.

 

PRÉAMBULE :

 

·         Considérant que la Vie est une, tous les êtres vivants ayant une origine commune et s'étant différenciés au cours de l'évolution des espèces,

·         Considérant que tout être vivant possède des droits naturels et que tout animal doté d'un système nerveux possède des droits particuliers,

·         Considérant que le mépris, voire la simple méconnaissance de ces droits naturels provoquent de graves atteintes à la Nature et conduisent l'homme à commettre des crimes envers les animaux,

·         Considérant que la coexistence des espèces dans le monde implique la reconnaissance par l'espèce humaine du droit à l'existence des autres espèces animales,

·         Considérant que le respect des animaux par l'homme est inséparable du respect des hommes entre eux,

IL EST PROCLAME CE QUI SUIT :

 

Article Premier

Tous les animaux ont des droits égaux à l'existence dans le cadre des équilibres biologiques.

Cette égalité n'occulte pas la diversité des espèces et des individus.

 

Article 2

 

Toute vie animale a droit au respect.

 

Article 3

 

Aucun animal ne doit être soumis à de mauvais traitements ou à des actes cruels.

Si la mise à mort d'un animal est nécessaire, elle doit être instantanée, indolore et non génératrice d'angoisse.

L'animal mort doit être traité avec décence.

Article 4

 

L'animal sauvage a le droit de vivre libre dans son milieu naturel, et de s'y reproduire.

La privation prolongée de sa liberté, la chasse et la pêche de loisir, ainsi que toute utilisation de l'animal sauvage à d'autres fins que vitales, sont contraires à ce droit.

Article 5

 

L'animal que l'homme tient sous sa dépendance a droit à un entretien et à des soins attentifs.

Il ne doit en aucun cas être abandonné, ou mis à mort de manière injustifiée.

Toutes les formes d'élevage et d'utilisation de l'animal doivent respecter la physiologie et le comportement propres à l'espèce.

Les exhibitions, les spectacles, les films utilisant des animaux doivent aussi respecter leur dignité et ne comporter aucune violence.

Article 6

 

L'expérimentation sur l'animal impliquant une souffrance physique ou psychique viole les droits de l'animal.

Les méthodes de remplacement doivent être développées et systématiquement mises en œuvre.

Article 7

 

Tout acte impliquant sans nécessité la mort d'un animal et toute décision conduisant à un tel acte constituent un crime contre la vie.

 

Article 8

 

Tout acte compromettant la survie d'une espèce sauvage, et toute décision conduisant à un tel acte constituent un génocide, c'est à dire un crime contre l'espèce.

Le massacre des animaux sauvages, la pollution et la destruction des biotopes sont des génocides.

Article 9

 

La personnalité juridique de l'animal et ses droits doivent être reconnus par la loi.

La défense et la sauvegarde de l'animal doivent avoir des représentants au sein des organismes gouvernementaux.

Article 10

 

L'éducation et l'instruction publique doivent conduire l'homme, dès son enfance, à observer, à comprendre, et à respecter les animaux.


g

__________________________________________________________________________________________________________________________________

.


.


DÈS LA NAISSANCE ILS SOUFFRENT

 Les ours danseurs ne dansent pas. Ils exécutent un numéro par peur du bâton et sous la douleur vive d’une corde passée dans leur museau. Gagne-pain d’une tribu de gitans montreurs d’ours depuis des siècles, les ours enrichissent désormais, au prix de leur vie et de la disparition de l’espèce, des braconniers et des trafiquants qui monnayent à bon prix leur bile et leur viande sur les marchés chinois et dans le reste du Sud-Est asiatique.

Depuis toujours -XIIIe siècle pour certains, XVIe pour d’autres- la tribu musulmane des Kalandars a pour tradition d’être montreur d’ours. Il fut un temps où l’on disait que les Kalandars possédaient plus d’ours qu’il n’y en avait dans la nature !Après avoir diverti les cours des rois et des Maharadjahs, c’est dans la rue qu’ils opèrent désormais recherchant les lieux les plus touristiques. On les rencontre plus particulièrement le long des routes qui relient Delhi à Jaipur et à Agra. La tradition veut qu’ils aillent de ville en ville pour montrer leurs animaux en échange de quelques pièces de monnaie. En réalité les ours ne dansent pas : on leur apprend à se tenir debout sur leurs pattes arrière et à balancer la tête d’un côté à l’autre. Parfois, deux ours se touchent les pattes avant et tournent en rond dans une imitation de danse en couple. Les ours sont aussi dressés à se coucher sur le dos, à s’asseoir, à dire bonjour avec la patte. Certains montreurs d’ours font mine de « lutter » avec leur ours. En fait l’ours est dressé à étreindre doucement son adversaire.Pour distraire les touristes, combien de souffrance, de mutilations, de brutalité, de privations ? Ce n’est qu’à ce prix, si l’ours y survit, que le gitan Kalandar s’érige en maître, et ce dès la capture de l’ourson dans son milieu naturel.

 .

DE LA CAPTURE AU DRESSAGE: HISTOIRE D’UNE AGONIE

Il est le plus souvent capturé par des tribus vivant dans la forêt, connaissant parfaitement sa faune et sa flore. Ils repèrent l’ourse en chaleur et la piste jusqu’à sa tanière où ils vont assurer, à bonne distance, une surveillance constante. 6 à 7 braconniers se relaient en prenant soin de ne pas se faire repérer. Quand l’ourson a atteint l’âge de 3 à 5 semaines, les braconniers attendent que l’ourse sorte de sa tanière, pour aller chercher de la nourriture, et capturent le petit. Si par malheur l’ourse les dérange durant leur méfait, elle est le plus souvent abattue. L’ourson est ensuite emmené dans un sac en toile de jute, parfois après avoir été drogué à l’opium pour que ses cris n’alertent pas les autorités, et remis à un Kalandar contre 600 roupies. En toute illégalité, celui-ci va dresser l’animal par la douleur et la terreur.Au gré de son évolution, l’ourson va en effet subir mutilations et privations diverses jusqu’à ce qu’il effectue une parodie de danse. Ses dents sont cassées et ses incisives arrachées. Ces dernières servant de talisman sont monnayées un bon prix. Les griffes sont coupées et pour apprendre à l’ours à se tenir debout ses pattes peuvent être brûlées. Dès l’âge de six mois, le nez de l’ours est percé avec une aiguille chauffée à blanc pour pouvoir passer la corde ou l’anneau de dressage. Cette opération est souvent suivie d’infections et est renouvelée autant de fois que nécessaire.Partie ultra-sensible, le passage de la corde maintenant à vif  la plaie, c’est la clé du dressage de l’ours avec le maniement du bâton. Toujours attaché très court, ce qui contribue à aiguiser la douleur dans la cavité nasale, l’ours peut rarement se retourner ou, par exemple, s’étendre de tout son long. Son alimentation carencée entraîne souvent la cécité. Lorsqu’il a atteint le degré de docilité et d’obéissance nécessaire, il doit parcourir de très nombreux kilomètres par jour pour les représentations. À ce régime, l’ours danseur a une espérance de vie de 8 ans au lieu des 25-30 années de ses congénères sauvages. Mais beaucoup ne supportent pas cette vie d’agonie : on estime à 50 % le nombre d’oursons qui meurent après leur capture.

.

UNE ESPÈCE POUR DEUX MASSACRES

Menacé de disparition, l’ours à miel est aujourd’hui l’un des plus protégés. En Inde, l’activité des gitans Kalandars est proscrite depuis 1972. Pour arrêter l’exploitation des ours danseurs, un programme de reconversion professionnelle des Kalandars a été mis en place. Ils y accèdent en échange de la remise de leur ours et ne font l’objet d’aucune poursuite pénale. Nombre de Kalandars ont saisi ce fragile espoir de sortir de leur pauvreté chronique. Toutefois, ils restent encore près de 700 ours danseurs (ils étaient environ 1 200 en 1996) et, fait nouveau, plutôt que de remettre l’ours aux autorités ou au sanctuaire qui a été créé pour les accueillir, certains vendent leur ours à des trafiquants de bile, de viande ou d’autres organes très prisés sur les marchés du Sud-Est asiatique. Une pratique à laquelle s’adonnent aussi les braconniers qui trouvent là une nouvelle filière pour financer leur braconnage.


  



__________________________________________________________________________________________________________________________________


Humiliés par nos rires, maltraités pour notre plus grand plaisir

.

La plupart des gens ne savent pas vraiment ce qui se passe derrière la scène de plusieurs cirques avec animaux. Croyant être témoins d’une complicité absolument remarquable entre la bête et le dompteur, ils sont éblouis par ses spectacles d’animaux dans les cirques. Mais la réalité est beaucoup plus triste que le spectacle laisse présager. Les animaux ne sont pas faits pour sauter, lever une patte, traverser des cerceaux de feux. Ils ne sont pas faits pour supporter un dressage contre leur nature. La violence est donc utilisée pour obtenir un résultat digne d’un spectacle! Pour en venir à leur fin les 2 seuls moyens utilisés sont les coups et la privation de nourriture. Les animaux sont frappés, brûlés, piqués, privés d’eau et de nourriture et tout cela pour leur apprendre à faire des trucs et épater les spectateurs qui encouragent cette pratique en achetant des billets pour participer aux spectacles.

Enchainés jusqu’à 95% de leur vie: éthique?

,

Un animal qui est tenu prisonnier, isolé dans de petites cages, enchainés jusqu’à 95% de sa vie, privé d’une socialisation normale et d’exercice et subissant la rudesse du transport à longueur d'année, n'est pas traité de façon éthique. Les conditions de vie sont déplorables et ont des effets dévastateurs chez les animaux. Ces mauvaises conditions mènent certains animaux vers la mort. Ils sont confinés dans des espaces restreints à longueur de journée dans des conditions qui ne sont pas adaptées à leurs besoins et ils sont transportés pendant de longues heures lors des tournées de ville en ville. Ces transports qui ne sont souvent pas adaptés se traduisent par des blessures et un stress intense. Les décès sont nombreux et souvent un animal est remplacé par un autre tout en gardant le même nom, nous laissant croire que c’est le même. Lorsque des animaux sont blessés, ils peuvent servir de repas aux lions.

Même les spectateurs et les parades stressent les animaux. La musique, le bruit, les annonces ne font qu’ajouter à leur peur et par le fait même les rendent vulnérables et ils sont une réelle menace pour les spectateurs, comme nous avons pu le constater dans plusieurs accidents de cirques. Les animaux sont terrorisés pendant le dressage et le sont également lors de leur numéro. Plusieurs essaient de s’évader et ils sont le plus souvent repris à moins qu’ils ne soient tués.

 

                                                                         



------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------







Description : Le bec est court et trapu et le front est en pente. L’aileron est grand et de forme triangulaire, il est situé au milieu du dos. Les pectorales sont petites et leur pointue est arrondie et incurvée, leur caudale possède une encoche médiane. Le corps est trapu, le dos est noir et les côtés sont gris-clair avec les raies minces et blanches qui s'étendent de au-dessus de l'œil puis le long des côtés, s'élargissant vers la queue. Le ventre est blanc. Le bec et les lèvres sont noirs et il y un anneau noir autour de chaque œil. L'aileron est bicolore, noir à l'avant et blanc derrière.


Alimentation : Le dauphin à flancs blancs du pacifique se nourrit de poissons de haute mer comme les anchois ou les sardines. Il s'alimente aussi de calmars. La chasse a lieu le plus souvent la nuit, elle se fait le plus souvent en groupe de 10 ou 20 individus. Un adulte mange quotidiennement 9kg.   


Comportements : Les dauphins à flancs blancs du Pacifique apprécient la compagnie des hommes. Ils s'approchent facilement des embarcations, venant faire du surf d'étrave. Ils font de nombreuses acrobaties adorant les sauts et bonds hors de l'eau. Lorsqu'ils sautent les individus tournent souvent sur eux même, pouvant effectuer un tour complet. Ce sont des nageurs habiles et rapides qui nagent à la surface de l'eau. Ils sont parfois accompagnés d'autres espèces de cétacés. Les groupes ont formés d'environ 30, 50 ou 100 animaux. Des rassemblements de 1000, voir 2000 individus ont été observé, ils sont formés d'individus de tous âges et des deux sexes. Les liens entre individus sont forts et les individus d'un groupe s'entraident beaucoup entre eux.


Situation Géographique : L'espèce évolue dans le nord de l'Océan Pacifique, des côtes asiatiques, des eaux japonaises et chinoises au Kamtchatka aux côtes d'Amérique du nord, de l'Alaska vers la Californie.


Relations avec l’homme : Les dauphins de Gill sont tués par les japonais sur les côtes pour leur viande. En 1984 jusqu'à 2760 dauphins ont ainsi été tués. Certains se prennent dans des filets de pêche dérivants, de 1988 à 1995, on a dénombré 363 individus ainsi morts en Californie. Au Japon ce fut en 1989 et 1990 c'est 11.859 dauphins qui ont été ainsi retrouvé pris dans des filets surtout dans ceux servant à attraper les calmars. L'espèce est couramment observée, elle intéresse les tour-opérateurs du fait que les dauphins de Gill assurent à coup sur le spectacle lors des circuits d'observation. Certains individus ont été capturés pour être mis en captivité dans des delphinariums. De 1966 à 1985, 312 dauphin de Gill ont ainsi été capturés mais moins de cent ont survécu à leur première année de captivité. C'est aux Etats-Unis, Canada et Japon qu'ils sont apprécient dans les Marinelands pour leurs acrobaties. 



_________________________________________________________________________________________________________________________________

 


                                                                                                                       
                                                                      

Si vous aimez la nature allez sur : http://moncarnetnature.over-blog.com

Il y a 6 ans et 1 mois

Le groupe accueille un nouveau membre : jessy92.

Il y a 6 ans et 11 mois
Le groupe accueille un nouveau membre : brunette012.

Il y a 6 ans et 11 mois
Le groupe accueille un nouveau membre : kaomoni.

Il y a 6 ans et 11 mois
Le groupe accueille un nouveau membre : Klervia..

Il y a 6 ans et 11 mois
Le groupe accueille un nouveau membre : marleykelly.

Il y a 7 ans, 438 h et 30 min
Le groupe accueille un nouveau membre : laure282.

Il y a 7 ans, 475 h et 17 min

La fiche du groupe est superbe

Il y a 7 ans, 475 h et 56 min

Merci beaucoup

Il y a 7 ans, 475 h et 18 min

au faite, je ne l'ai pas dit mais je trouve sa super d'avoir fait une intro

Il y a 7 ans, 497 h et 35 min

et pas mal du tout l'idée de la deuxieme partie, J'ADORE TON GROUPE!!!

Il y a 7 ans, 497 h et 33 min

Merci beaucoup, ça me touche :$

Il y a 7 ans, 485 h et 17 min

oh yé bien triste nouvelle cette disparition d une espèce et tout simplement pour sa corne,,j avais vu qu il avait pourtant pris des dispos sur place pour le protéger las ca n a pas suffit suggestion de ma part pourquoi quand ils ont vus le peu de représentants qu ils restaient n ont ils pas coupés eux même sous anesthésie la corne, objet de leur misère trop tard pour eux mille fois hélas

Il y a 7 ans, 572 h et 30 min