sauvons les chiens sans abris

les chiens sont le meilleur ami de l'homme
MEMBRES DANS LE GROUPE
MESSAGES SUR LE MUR

 

 education du chien

L'apprentissage peut être très long et peut demander des années dans certains cas spécifiques: chien d'aveugle, chien d'assistance, chien policier, etcL'éducation fait aussi partie de la santé de l'animal domestique : l'autorité du propriétaire doit être établie dès que possible et la socialisation permet d'intégrer le chien au sein d'une famille avec enfants et/ou autres animaux domestiques.
Comme pour tout apprentissage, il n'y a pas UNE unique efficace dans toutes les situations, mais une large palette de moyens d'apprentissage : à chaque maître de trouver celle qui fera le mieux comprendre à son chien ce qu'on attend de lui.
De plus, bien que certaines races de chiens soient plus « calmes » que d'autres, le comportement d'un chien dépend toujours de l'éducation et de l'attention qu'il aura reçues.

Il faut tout de même rester conscient qu'un animal le reste, avec sa part d'instinct et de prédateur.

Le chien a droit à la santé et à la protection, comme tout animal domestique, ce qui implique que son maître ait des devoirs et responsabilités envers lui et vis-à-vis de la sécurité d'autrui.

En France, les mauvais traitements envers les animaux sont pénalisés, ainsi que leur trafic, par des peines d'amendes. Un décret impose depuis 2008 une évaluation comportementale des chiens. En Suisse, les propriétaires de chiens doivent suivre une formation

Jeux et sorties

Les chiens, en particulier les plus grands et les plus musclés (Terre-Neuve, Boxer…) et les plus vifs (Berger des Pyrénées, terriers…) ont besoin d'espace et de jeu.

À défaut d'un jardin où l'animal pourrait rester autant de temps qu'il le souhaite, il est recommandé de sortir son chien au moins quatre fois par jour (une fois toutes les six heures environ, c'est-à-dire deux fois moins qu'un humain allant aux toilettes) pendant une vingtaine de minutes environ, pour lui permettre de dépenser son trop-plein d'énergie, mais aussi et surtout pour éviter les infections urinaires, dues généralement à une trop longue stagnation de l'urine dans la vessie. Si l'animal ne peut être détaché parce qu'il s'enfuit, ayez une longue laisse.

Cette moyenne de quatre sorties par jour doit être augmentée en cas de risque aggravé d'infection urinaire. C'est le cas notamment pour certaines races de chiens, comme les bergers allemands (susceptibles de nombreux problèmes rénaux) ou lorsque vous donnez à votre chien des aliments non recommandés (voir alimentation).

Si l'animal possède un jardin et qu'il en a l'accès quotidiennement, il faudra prévoir alors une sortie quotidienne d'une durée d'environ une heure (plus ou moins selon le chien, sa race, son âge, etc.).

Enfin, ayez à l'esprit, si vous laissez seul votre chien toute la journée, que le meilleur compagnon du chien reste, à défaut de l'homme, un autre chien. Attention, cependant, de n'amener un autre chien sur le territoire du vôtre qu'en ayant auparavant vérifié les réactions de votre chien à ce nouvel animal (double promenade…).

Le chien est un animal social et de contact (comme l’homme). La solitude est une grande souffrance pour lui. Il a aussi toujours besoin de rencontres avec ses congénères. Il est fréquemment en recherche de partenaires que ce soit pour le jeu, le toilettage mutuel, et la reproduction.

Le marquage du territoire est un acte d’une grande importance. Le chien a besoin de flairer ses propres traces, celles de ces congénères et d'en déposer de nouvelles.

Le jeu, lui aussi est primordial pour l’équilibre psychologique même chez le chien adulte, car il permet d’évacuer des tensions accumulées.

SON HISTOIRE

La domestication du chien débute probablement entre 16000 et 15000 avant J.-C. dans des groupes de chasseurs. En comparaison, le cheval sera domestiqué par des groupes nomades entre 4000 et 3000 avant J.-C.

Le chien aurait été simplement apprivoisé parmi d'autres animaux, tels les chacals ou les rongeurs. Mais c'est le seul maintenu en dépendance, car il aurait montré le plus d'aptitudes à une socialisation primitive. Le chien a pour ancêtre le loup mais des expériences, en cours depuis une cinquantaine d’années avec des croisements sélectifs de renards semblent donner des résultats similaires à ceux observés chez le chien (comportement particulièrement social, pédomorphisme, tempérament enfantin…).

Le chien primitif serait un chien de chasse qui aidait l'homme.

  • Dans l'Antiquité, les chiens servaient aux combats (exemple : Irish Wolfhound), à la production de viande et étaient aussi supports de croyances et de rites de type religieux.
  • Plus tard, sous l'Empire romain, ils étaient des animaux de compagnie, des gardiens de troupeaux et utilisés pour la chasse.
  • Au Moyen Âge, dans les campagnes et les milieux populaires, les chiens suscitent des peurs collectives et faisaient l'objet d'exterminations quotidiennes. Pour la noblesse, par contre, ce fut l'âge d'or de la vénerie.
  • À la Renaissance, la passion des hommes pour la chasse parvint à conserver une place aux chiens dans la société. La noblesse considérait le chien comme un signe de puissance et de grandeur. Ceci permit le développement de races de chiens de compagnie.
  • Au XIXe siècle, la population de chiens connaît une expansion numérique. Il est devenu un animal commun.
  • Vers 1855, les anciennes races de chiens sont reconnues officiellement et leur type est homogénéisé (fixé) tandis que de nouvelles races créées par l'homme apparaissent. C'est l'apparition de la cynophilie.
  • À la Belle Époque, puis entre les deux guerres, les artistes, les écrivains, et les politiciens choisissent des animaux qui les différencient du commun tel que les teckels par leurs petites tailles ou encore les caniches pour leurs poilS

        Races et morphologies

  • L'étude des chiens et des races de chiens est appelée cynologie.
    La
    Fédération cynologique internationale reconnaît 335 races. C'est elle qui définit les « standards », c'est-à-dire l'ensemble des caractéristiques définissant une race.

    On distingue plusieurs catégories de chiens, selon leur morphologie générale :

    • Les molossoïdes sont des chiens au museau court et à la tête plutôt ronde ; molosses, chiens de type montagne.Ils proviennent des montagnes d'Asie.
    • Les lupoïdes ont une tête « pyramidale » et des oreilles droites en général ; chiens de berger, terriers, chiens de type spitz et primitif. Ils proviennent du nord de l'Europe.
    • Les braccoïdes possèdent un museau long carré et des oreilles tombantes ; chiens de chasse sauf terriers, lévriers et primitifs.Ils proviennent du nord de l'Europe également.
    • Les Graïoïdes ont un corps « fin » et une tête longue ; lévriers. Ils proviennent du proche orient.

    Ces catégories sont elles-mêmes divisées en dix groupes basés sur la morphologie et l'utilisation des chiens.

desaive-chiens.jpg

         ADOPTION

Chaque année, de nombreux chiens sont abandonnés, en raison de certaines contraintes et le manque de préparation et de connaissances que peut représenter la possession d’un chien , rendant d’autant plus indispensable de prendre conscience des implications que cela signifie.Un chien est un être vivant et sociable et non un objet (contrairement au chat, il n’aime pas rester seul pendant plusieurs heures, et cela de manière répétitive durant l’année). Il faut prendre une race de chien qui corresponde à son maître. Si ce dernier fait de la course à pied, ou de longues balades, il prendra de préférence une race de chien qui n’a pas de souci à courir ou à marcher sur de longues distances, au contraire, s'il ne fait que de petites promenades, il pourra choisr une race plus tranquille et moins endurante. Le mignon petit chiot, deviendra grand, se renseigner sur la taille qu'il aura à l’âge adulte. Ne jamais offrir un chien comme cadeau, c’est le ou les futurs maîtres qui doivent choisir leur chien au moment où ils le veulent. Un chien doit être sorti au moins 3 à 4 fois par jour pour ses besoins (qu’il faudra ramasser), y compris en hiver. Il éprouve aussi l'envie de s’ébattre et de courir au moins une fois par semaine et non de rester en laisse tout le temps. Se renseigner pour savoir s'il y a des lieux prévus pour cela à proximité de l’habitation. L'espérance de vie de cet animal est en moyenne de 11 ans, mais peut aller de 8 à 15 ans, voire plus rarement jusqu'à 20 ans (un petit chien vit en moyenne plus longtemps). Une phase de dressage et un temps d’adaptation pour l’animal dans son nouvel environnement sont à prendre en compte. La famille entière doit approuver son adoption. Un chien représente des coûts non négligeables : nourriture (un grand chien fera plus de frais en nourriture), vaccins, puce électronique, frais médicaux (des assurances pour chien existent pour les soins aux animaux), stérilisation, impôt, frais d’hébergement dans un chenil lors de départ en vacances, toilettage, euthanasie. Prendre soin de se renseigner auparavant sur ces coûts avant l’adoption.

 Quand ils sont petits ou âgés, ils risquent de faire leurs besoins dans l’habitation. Tout au long de sa vie, il faudra l’entretenir, en le brossant et vérifier qu’il n’a pas de tiques, lui nettoyer les yeux, les oreilles, les dents (qu’il faudra brosser de temps à autre) et les visites chez le vétérinaire. Un chien laisse des traces dans l’habitation, que ce soit des poils (surtout pour les chiens à poils longs) ou des salissures lors de sortie par temps pluvieux ou en forêt, il faudra donc le laver. Il aime également mâchouiller les choses qui traînent. Le comportement d’un chien peut varier d’une race à l’autre ou selon qu'il s’agit d’un mâle ou d’une femelle. Un mâle est plus gros qu'une femelle de même race ; un mâle est plus difficile à dresser et demande donc plus de fermeté ; une femelle, si elle n'est pas stérilisée, est en chaleur deux fois par année durant deux à trois semaines, son caractère peut changer durant cette période, elle sera courtisée par les mâles, et elle risque donc de se retrouver avec une portée. Dans une famille avec de jeunes enfants, une femelle est à privilégier. Certains chiens sont des dominants et d’autres des dominés.

Les tests de Campbell peuvent fournir des renseignements à ce sujet. L’un d’eux consiste à le mettre sur le dos et le tenir avec sa main sur sa poitrine. Un chiot dominé se laissera totalement faire. Un chien équilibré se débattra quelques secondes avant de s'immobiliser. Un dominant n'acceptera pas cette position et essaiera de se remettre sur ses pattes, éventuellement en essayant de mordre. Le comportement d’un chien peut changer lorsqu’il se retrouve en meute. Un enfant peut éprouver le désir de posséder un chien, mais ne pas être conscient de ce que cela implique et risque de s’en lasser à long terme, ou n’avoir plus autant de temps à lui consacrer à l’adolescence car son mode de vie aura changé. On peut conseiller à l’enfant de garder un chien d’une connaissance sur plusieurs jours pour se faire une idée. Lors de la séparation d’un couple, la question de la garde du chien peut générer des conflits. Ne pas céder à un effet de mode, lorsqu’une race de chien aura été rendue populaire dans un film par exemple. Les chiens aboient, il faut donc tenir compte du voisinage et certaines gérances n'acceptent pas de chiens. Se poser également la question de savoir où placer le chien lors d’absences (vacances, maladie, accident, déplacement, entrée dans un établissement pour personnes âgées), car c’est durant ces périodes que les chiens sont le plus souvent abandonnés. Quand ils deviennent vieux, ils ont tendance à perdre la vue et l’ouïe (l’odorat leur permet néanmoins de se débrouiller) et n’avoir plus de muscles pour se déplacer aisément, et exigent un suivi médical propre à tout organisme usé (avec les frais que cela génère). Néanmoins, on peut considérer ces contraintes comme minimes comparées à ce qu’un chien peut apporter par sa présence, et ce poème d’un auteur inconnu résume avec justesse le caractère du chien.

La Prière du chien 

Seigneur mon maître

dont je partage la destinée,

ma fidélité n'est pas mesurée aux commodités de ta demeure,

ni à la pâtée que tu me réserves.

Je garde ta maison comme la mienne qu'elle soit de planches ou de marbre.

Je te suis où tu veux, fais ce que tu m'ordonnes

et tout est facile et agréable quand tu me montres de l'amitié.

Car plus que les biens que tu as ou que tu n'as pas,

Plus que le confort que tu m'assures ou ne peux m'offrir,

J'apprécie la caresse amicale de ta main et ton regard confiant.

Montre-moi souvent que je compte un peu pour toi.

Seigneur mon Maître, qui es tout pour moi.

Nom des chiens en France

En France, une règle impose que tous les chiens descendant de deux parents inscrit au LOF et de ce fait titulaires du « certificat de naissance et d'inscription provisoire au LOF au titre de la descendance » qui naissent une même année portent des noms commençant par la même lettre. Cette règle a été instaurée pour mettre de l'ordre dans le « Livre des origines français » ou LOF, registre d'état civil canin depuis 1885.
Durant longtemps, les propriétaires n'étaient pas contraints de déclarer rapidement leur animal et certains le faisaient même plusieurs années après la naissance. De ce fait, le fichier national était vite devenu un véritable casse-tête lors des consultations puisque les chiens n'étaient pas inscrits dans l'ordre chronologique de la date de leur naissance.

En 1926, la Société centrale canine, chargée de tenir à jour le registre « LOF », met en place un premier système de lettrage pour simplifier la consultation. Tous les chiens nés une même année doivent porter dorénavant un nom dont la première lettre est celle choisie pour l'année en cours : « A » en 1926, « B » en 1927, etc. (le « Z » fut exclu). Cependant de 1948 à 1952, de nombreux propriétaires se sont insurgés contre ce système qui leur imposait les lettres « W », « X » ou « Y », car elles offraient trop peu de possibilités de noms, ce qui eut pour conséquence qu'en 1952 un chien sur quatre portait le nom de « Zorro ».

Finalement, en 1973, la Société centrale canine supprima définitivement les lettres jugées difficiles « K », « Q », « W », « X » ou « Y », réduisant à vingt l'alphabet des noms canins. Cette année-là, on choisit la lettre « J ».

En 2010, la France en est actuellement à la lettre F.

maintenant je vais vous mette plein de photo de chiens.

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe accueille un nouveau membre : DIABOLIS.

Il y a 8 ans et 9 mois
Voir la suite